2018: les 13 nouveautés et tendances alimentaires de l’année

8 janvier 2018
dans Alimentation
par Tatiana Polevoy
2018: les 13 nouveautés et tendances alimentaires de l’année

Vous trouvez que vos enfants voient trop loin quand ils vous demandent le matin : « qu’est-ce qu’on va manger pour souper? ». Nous avons tenté de voir encore plus loin en nous demandant : « qu’est-ce qu’on va manger… cette année? ». Tour d’horizon des 13 tendances alimentaires de l’année à venir.

1. Le smoothie simplifié

 

On aime le côté pratique des petits déjeuners à boire, mais pour certains, la seule idée de couper des fraises ou même de chercher le mélangeur dans le fond de l’armoire suffit à couper l’appétit. Des compagnies québécoises tentent de faciliter la préparation du smoothie du matin. Nous en avons essayé deux.

 

Evive propose des cubes de smoothie bio, à laisser tout simplement fondre dans un grand verre de liquide pendant une vingtaine de minutes. Même pas besoin de mélangeur! Nous avons essayé les saveurs Touk-touk (ananas, baies d’argousier, noix de coco, mangue, curcuma), Yogi (kale, banane, épinards, graines de chanvre, spiruline) et Guerrier (fraises, framboises, chia) et les avons tous adorées. Les protéines végétales contenues dans les cubes permettent d’atteindre, respectivement entre 6 et 10 grammes de protéines. Avec du lait ou du lait de soya, on atteint une quantité de protéines suffisante pour un repas. On peut même utiliser les cubes pour faire des boules d’énergie ou des smoothies à l’avoine à préparer la veille (overnight smoothie with oats).

 

BioJuice, quant à elle, propose des fruits bio, lavés, coupés, ensachés et livrés à notre porte. Ne reste qu’à ajouter un liquide et une protéine. Même si nous avons apprécié la qualité des fruits, nous trouvions superflus les ajouts de sucre, comme le miel ou le sirop d’érable. Pratique quand même.

 

Notre avis

On adopte pour les matins pressés!

 

2. Les insectes

Préparez-vous mentalement : l’avenir de l’alimentation fera la part belle aux insectes. On estime même que d’ici une trentaine d’années, la moitié de tous nos besoins en protéines seront comblés par les insectes.

 

 

Naak est une jeune compagnie québécoise qui commercialise des barres de protéines à base de poudre de grillons. Ce produit original a été élaboré à l’aide de nutritionnistes du sport et de chefs cuisiniers. Originales et écoresponsables, les barres sont chères (environ 4 $ chacune), mais rassasiantes avec leurs 9 à 10 grammes de protéines. À noter : les personnes allergiques aux crustacés pourraient aussi être allergiques aux grillons. 

 

Notre avis

Les barres protéinées ont toujours un drôle de petit goût à la première bouchée. Une fois qu’on accepte l’idée de manger de la poudre de grillons, on apprécie le goût.

 

3. Les boîtes repas à cuisiner

 

Plusieurs familles peinent à planifier et cuisiner des repas par manque de temps. Une nouvelle industrie propose maintenant des boîtes repas, qu’on commande sur Internet et qu’on reçoit à la maison dans des contenants réfrigérés. Ces boîtes contiennent tout le nécessaire pour se concocter 1, 2 ou même 7 repas par semaine à la maison. Des compagnies québécoises comme La boîte du chef, Goodfood, MissFresh et Cookit proposent de tels produits.

 

Notre avis

Ces jolies boîtes aux couleurs pastel nous donnent l’eau à la bouche, c’est vrai. Mais après les avoir essayées, on a trouvé les portions petites (est-ce notre appétit d’ogre?!). Surtout, nous n’avons pas trouvé très écolo la multiplication des petits contenants.

 

4. Le tempeh

 

Le tempeh est fait à base de soya, comme le tofu, mais fermenté. Il se trouve souvent dans l’allée des produits bio congelés à l’épicerie. Sa forte teneur en protéines est son avantage principal.

 

S’il est si populaire, c’est que le végétalisme (l’alimentation sans viande, poisson, œufs ou autres produits d’animaux) a de plus en plus la cote. Les végétaliens (ou « vegans », en anglais) doivent diversifier leurs sources de protéines et le tempeh est une belle option.

 

Notre avis

Difficile à apprivoiser, le tempeh est meilleur lorsque mariné longtemps et cuisiné en petits, petits morceaux. Honnêtement? On s’habitue tranquillement!

 

5. Les emballages à base de cire d’abeille

 

Toujours dans la lignée du zéro déchet, on voit apparaitre depuis quelques années des emballages réutilisables à base de coton et cire d’abeille. Une alternative écologique au satané saran wrap!

 

C’est dans cette optique que Toni Desrosiers a créé, en 2008, Abeego, le premier emballage à base de cire d’abeille. « C’est le futur de l’emballage alimentaire. Depuis, nous avons inspiré d'autres personnes à prendre part au mouvement - et quel honneur d'ouvrir la voie! », raconte la fondatrice d’Abeego.

 

Crédit photo: Abeego

 

Ainsi, d’autres entreprises comme API-FLEX dans les Laurentides offrent désormais des emballages sans plastique, réutilisable et biodégradable. Grâce aux propriétés hydrofuges et antibactériennes de la cire d'abeille, ainsi qu'aux qualités respirantes du coton, les emballages à base de cire d’abeille conservent la fraîcheur des légumes, fruits, fromages sandwichs, etc.

 

Crédit photo: API-FLEX

 

Les emballages sont offerts dans différentes grandeurs. On peut les essuyer, les rincer ou les laver sous l’eau froide avec un savon à vaisselle doux, comme on le ferait avec une assiette ou un bol. On suspend ou on éponge avec un linge pour sécher. La durée d’utilisation de chaque feuille varie de 6 mois à un an, parfois même plus !

 

Notre avis

On adopte la tendance. Ce n’est pas plus difficile que de laver un sac Ziploc! Réchauffez-les entre vos mains pour leur permettre d’adhérer aux bols. Notez que ces emballages ne sont pas recommandés pour emballer les viandes crues.

 

6.Les fleurs

 

Les saveurs florales seront l’une des grandes tendances de l’année selon la chaîne d’épicerie Whole Foods, qui fait paraître tous les ans un palmarès fort attendu des courants alimentaires.

 

Que ce soit dans les boissons (eau pétillante à la rose, thé à la fleur d’oranger, cocktails au sirop de violette) ou sur des salades, les fleurs comestibles auront la cote.

 

Notre avis

Nous sommes déjà fans du café latté à la lavande. Suffit de faire infuser quelques minutes des feuilles de lavande séchées dans du lait chaud, puis de filtrer. Miam!

 

7. Les saveurs du Moyen-Orient

 

Toujours selon le géant Whole Foods, les saveurs du Liban, de la Syrie, de l’Iran, d’Israël et de la Turquie seront très présentes dans la cuisine en 2018. Au menu : pois chiches, sumac, pains pita, safran et poissons frais!

 

Notre avis

On adopte. Les livres de Yotam Ottolenghi, comme son tout premier, Plenty, sont une belle façon de s’initier à la cuisine du Moyen-Orient.

 

8. Les fruits et légumes moches

 

La tendance 2017 se poursuit : les fruits et légumes imparfaits auront leur place en 2018. Souvent moins chers, un peu « poqués », mais tout aussi délicieux et sains, ces denrées garderont leur place de choix cette année. Parce qu’il faut continuer de réduire le gaspillage alimentaire.

 

Notre avis

Pour redorer le blason des fruits et légumes imparfaits, pas toujours besoin d’en acheter. Une petite visite dans le fin fond du tiroir à légumes vous convaincra d’utiliser vos « moches » à vous!

 

9. Les aliments moins sucrés

 

Véritable problème de santé publique, le sucre est désormais de plus en plus pointé du doigt par les nutritionnistes pour ses méfaits sur la santé.

 

Si de nombreux aliments transformés remplis de sucre sont toujours disponibles sur les tablettes (notamment les céréales pour enfants), les experts s’entendent pour dire que les consommateurs sont plus avertis et demanderont des produits qui en contiennent moins. Espérons que l’industrie suive le pas. 

 

Notre avis

De notre côté, on essaiera des trucs pour diminuer le sucre dans nos recettes, comme en remplacer une partie par une purée de pommes ou de dattes.

 

10. Les productions individuelles

 

De nombreux « foodies » ne jurent que par les tomates de leurs potagers l’été! Ils pourront maintenant s’enorgueillir de leurs beaux légumes, même en hiver. La mode est aux petites serres qui permettent de faire pousser des herbes ou même de petits légumes à l’intérieur de la maison, durant l’hiver. Les tomates, les aubergines et les champignons seraient les plus faciles à faire pousser.

 

Notre avis

L’idée est ludique et permet aux enfants de se familiariser avec la pousse des légumes. Mais on ne compte pas là-dessus pour compléter notre épicerie!

 

11. Les bols d’açaï (acai bowl)

 

On dit qu’on mange d’abord avec les yeux. Les bols d’açaï, à déguster au déjeuner, sont particulièrement instagrammables avec leurs tranches de fruits frais, graines de toute sorte, noix et granola disposés en rangées sur le dessus.

 

Comme le nom l’indique, ces jolis bols de smoothie épais qui se mangent à la cuillère sont fait à base de baies d’açai. Baie aux vertus antioxydantes, l’açaï est cultivée au Brésil.

 

Notre avis

Même si on adore, la purée de baie d’açaï est dispendieuse et encore difficile à trouver au Québec. On en trouve dans quelques épiceries d’aliments naturels. On peut se rabattre sur d’autres baies ou encore utiliser de la poudre ou du jus de baie d’açaï. On vous propose justement 3 recettes de bols d’açaï avec des variantes!

 

12. Les aliments en vrac

 

On dit que 50 % du contenu des poubelles provient d’emballages de produits de consommation courante. Les commerçants et les consommateurs se tournent davantage vers les aliments vendus en vrac afin d’éviter le suremballage. Pour réduire au maximum votre empreinte écologique, apportez vos propres contenants réutilisables. Longue vie au zéro déchet!

 

Notre avis

En plus d’être écologique, le vrac est une option économique puisqu’on peut payer tout simplement pour la quantité désirée. Terminé le sac de noix qui rancit dans le garde-manger. On vous donne même des conseils pour acheter en vrac

 

13. La bouffe, point!

 

De plus en plus, on parle cuisine et alimentation : dans les journaux, à la radio ou la télé, en famille et entre amis. Rarement l’idée de manger a-t-elle été si importante. Préparez-vous encore une fois cette année à être bombardé de nouvelles études, de nouveaux produits soi-disant révolutionnaires et de nouvelles recettes.

 

Notre avis

On adopte certainement: on a toute une section de magazine à ce sujet! À force d’en connaître un peu plus sur la bouffe, on finira par manger encore mieux, et avec encore plus de plaisir!

 

commentaires propulsés par Disqus