4 trucs pour une épicerie à petit prix

11 septembre 2017
dans Alimentation
par Rédacteur Invité
4 trucs pour une épicerie à petit prix

Surpris de voir le montant total lorsque vous passez à la caisse à l’épicerie? Vous ne rêvez pas : les prix de certains aliments ont augmenté beaucoup depuis quelques années. Mais manger santé ne coûte pas nécessairement cher. Suivez le guide pour une épicerie à petit prix.

Entre 2009 et 2016, la proportion de Québécois qui s’attardent au prix des aliments est passée de 71% à 81%*. C’est dire que nous nous préoccupons du prix de notre panier d’épicerie.

 

Alors, quoi faire? Voici 4 trucs.

 

1. On fait l’inventaire avant d’aller faire l’épicerie et on fait une liste d’achat

Ainsi, on pourra utiliser les aliments que nous avons déjà à la maison pour éviter les pertes et diminuer les dépenses. Cela permettra en plus d’éviter d’acheter des items en double ou de faire des oublis et de devoir retourner à l’épicerie. Pour ce faire, consultez la vidéo sur la planification des repas de la Fondation OLO.

 

On évite aussi d’aller faire l’épicerie le ventre vide. On sera ainsi moins tenté par des achats-surprises.

 

2. On choisit des aliments peu transformés

On parle ici de mettre de côté les aliments prêts à manger, mais aussi de choisir des aliments qui ont subi moins de transformation. Ils auront une meilleure valeur nutritive (moins de sel, de gras et de sucre) et seront aussi moins chers. Par exemple, on choisit des fruits et légumes entiers plutôt que coupés ou on achète une grosse pièce de viande ou de volaille plutôt que des petites, comme un poulet entier plutôt que des poitrines déjà coupées.

 

3. On remplace une partie de la viande ou volaille par des légumineuses ou du tofu qui coûtent beaucoup moins cher.

 

Voici quelques suggestions :

 

4. On optimise les ingrédients achetés

 

En choisissant des recettes qui utilisent les mêmes ingrédients, on peut optimiser nos achats alimentaires et diminuer les dépenses! Par exemple, on peut certainement faire plusieurs recettes avec un gros sac de carottes qui nous coûtera moins cher que des sacs plus petits. Même chose avec les condiments qui sont parfois un peu plus dispendieux à l’achat, mais qui peuvent être repris dans plusieurs recettes.

 

Voici quelques idées :

 

Optimiser les ingrédients, veut aussi dire utiliser nos ingrédients au maximum. En achetant des aliments le moins transformé possible, on peut ainsi faire de bons bouillons avec les os de poulet ou les épluchures de légumes ou récupérer les fanes de carottes pour les salades ou potages.

 

À lire aussi :

 


* Source : selon un sondage mené par le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, cité par La Presse.

 

Pour en connaître plus sur la Fondation OLO, visitez son site web.

 

commentaires propulsés par Disqus