5 conseils pour planifier une fin de semaine dans un refuge

21 juillet 2017
dans Sports et plein air
par Anne Marie Parent
5 conseils pour planifier une fin de semaine dans un refuge

Envie d’initier vos jeunes à la vie de coureur des bois?! On ne leur demandera pas de survivre en forêt en mangeant des bibittes et de la mousse, mais passer la nuit dans un refuge est déjà un bon début pour titiller leur âme d’aventurière ou d’aventurier en herbe! 

Mettez-les à contribution au moment de la préparation des bagages pour qu’ils se sentent impliqués et aient le goût de participer! Voici un mode d’emploi en 5 conseils pour bien se préparer.

 

1. Équipement

Dans un premier temps, après avoir choisi l’endroit où vous séjournerez, validez ce que le refuge comporte comme équipement pour vous aider à faire vos bagages en conséquence. Généralement, on trouve des lits (matelas et parfois oreillers), mais pas de literie. On apporte donc des draps ou des sacs de couchage et éventuellement des oreillers (ou des taies seulement si l’oreiller est fourni). Électricité ou non? Normalement, un refuge n’a pas d’électricité ni d’eau courante. Il faudra prévoir des lanternes, allumettes, lampes de poche et lampes frontales, ainsi que des bidons d’eau.

 

Articles de cuisine compris ou non? (vaisselle, ustensiles, poêles, casseroles, allumettes, savon et linge à vaisselle…). Toilette à même le refuge ou à l’extérieur? (En tout temps, prévoyez un rouleau de papier de toilette et du savon-purificateur sans eau).

 

2. Météo

Quelques jours avant de partir, vérifiez la météo et autres conditions climatiques. Si on annonce de la pluie, du temps frais, une canicule ou une prépondérance de moustiques après de grosses averses, vous préparerez les vêtements, accessoires et jeux en conséquence.  

 

3. Activités

Il faut expliquer aux enfants quel est le but de l’excursion : coucher dans un refuge n’est que la pause dodo entre deux journées de plein air. Leur décrire le programme : nous allons à tel endroit, à combien d’heures de route, puis sur place, combien de kilomètres nous ferons à pied et dans quelles conditions : terrain plat? Montagne à pic ou pente douce? À voir en chemin : des chutes, une vue magnifique du sommet, des animaux (et sûrement leurs traces à repérer dans la terre), des oiseaux (on apporte des jumelles!), un lac, une rivière, une chute (maillots de bain)…

 

Donnez un exemple d’activité en particulier qui devrait les motiver : on va voir des aigles, on va se baigner dans des cascades naturelles, on va utiliser un GPS, des cartes topographiques ou une boussole; on va chercher des balises de géocaching… À la sortie du parc le lendemain, si on a bien marché, on ira manger une crème glacée…!

 

4. Repas

Toute la logistique pour bien manger doit être prévue, avec la collaboration des enfants. Souvent, il est plus pratique de tout préparer d’avance et de réchauffer sur place (bœuf bourguignon – oui, ça se réchauffe bien et ça fait chic! –, spaghetti, fèves au lard en boîte… Le trio pain-pâté-fromage est toujours gagnant; sinon les classiques saucisses à hot-dog et les guimauves plairont à tous).

 

On pensera aux collations importantes durant la randonnée – pourquoi ne pas cuisiner des galettes de Madame Labriski en famille avant le départ? Et on s’assure d’emporter de l’eau en quantité suffisante. Une nouvelle gourde pour chacun des enfants les encouragera à y penser! Au besoin, prévoyez des pilules pour purifier l’eau si vous voulez traiter celle du ruisseau ou du lac près duquel vous séjournerez.

 

5. Quelques exemples de refuges au Québec

Refuge du Curé-Cyr (8 personnes), Parc national du Lac-Témiscouata
Crédit photo: Mathieu Dupuis

 

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) propose des refuges qui servent le jour à tous les randonneurs ayant besoin de faire une pause et de manger sous un toit, et la nuit ils deviennent un lieu d’hébergement communautaire avec généralement 8 lits simples (les places se vendent individuellement), une table, un poêle à bois et un trou à feu devant le refuge. Toilettes sèches à l’extérieur.

 

Refuge secteur Grande Ourse (8 personnes), Parc national du Mont-Mégantic
Crédit photo : Steve Deschênes

 

Les parcs régionaux de la MRC Matawinie dans Lanaudière (Sentier national en Matawinie et six parcs, dont ceux de la Forêt Ouareau à Notre-Dame-de-la-Merci), mettent cinq refuges pour 8 à 20 personnes à la disposition des randonneurs comme halte de repos, de 10 h à 16 h 30, puis comme gîte à ceux qui réservent une nuitée en refuge. Ils comprennent l’accès à une toilette sèche, des bases de lits en bois, un poêle à bois, une table avec des chaises et le bois de chauffage.

 

Le refuge du parc régional des Grandes-Coulées est situé dans le secteur de la Forêt Ancienne à Plessisville, Centre-du-Québec. De type rustique, il n’a qu’un poêle à bois, quatre matelas simples de sol (on peut apporter son propre matelas pour loger jusqu’à 6 personnes), un réchaud au propane et une lanterne au propane (propane non inclus). Toilette : on y accède en marchant 2 km à partir du stationnement par le sentier des Pins. Il est réservé en exclusivité aux clients locataires, de 17 h l’après-midi jusqu’à 10 h le lendemain matin.


Crédit photo : Parc régional des Grandes-Coulées

 

Le parc des Appalaches, à Sainte-Lucie-de-Beauregard, Chaudière-Appalaches, propose dix refuges quatre saisons, trois refuges trois saisons (hiver exclus) et un refuge d’été pour deux à huit personnes, comprenant un poêle à bois, des bases de lit ou une mezzanine, une table et des bancs, une toilette sèche extérieure, une table de pique-nique et du bois de chauffage.

 

bonus! un concours!

Vous connaissez le « glamping »? Contraction des mots « glam » et « camping », cette expression désigne le camping plus luxueux et dans des conditions faciles pour toute la famille! Participez à notre concours pour gagner un forfait Glamping pour 4 personnes au Parc régional Montagne du Diable, dans les Hautes-Laurentides, comprenant l’hébergement pour 2 nuits dans un chalet nature tout équipé (toilette, réchaud, vaisselle, sacs de couchage, matelas sur lits superposés), la location d’équipement pour toutes les activités offertes dans le parc (vélo, kayak, canot, SUP), ainsi que les droits d’entrée au Parc. Une valeur de 400$!

 

 

commentaires propulsés par Disqus