5 programmes pour aider les jeunes à bouger plus et manger mieux

17 mars 2017
dans Société
par Mélanie Dubé
5 programmes pour aider les jeunes à bouger plus et manger mieux
La Tablée des chefs
Crédit photo : Patrice Gosselin

Aider les jeunes à adopter de meilleures habitudes de vie, c’est une tâche qui incombe bien souvent aux parents. Et si l’école et différents programmes prenaient parfois le relais? 

Au cours des dernières années, différents projets, mesures ou actions ont été mis de l’avant dans les milieux scolaires afin de permettre aux élèves de développer et d’adopter de saines habitudes alimentaires et un mode de vie physiquement actif.

 

Coup d’œil sur 5 initiatives inspirantes qui pourraient bien donner le goût à votre enfant de militer pour un environnement plus favorable dans son milieu scolaire.

 

1. « Je cours ma cour » à l’école des Hautbois, à Saint-Colomban

Crédit photo : École des Hautbois

 

Tous les matins, les élèves et le personnel de l’école primaire des Hautbois courent et/ou marchent pendant 15 minutes (1 km) avec de la musique choisie par les jeunes. C’est Linda Denommé, directrice de l’école fréquentée par 350 enfants, qui a eu l’idée. Elle a été inspirée par le livre « Par amour du stress » de la Dre Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain. Dans cet ouvrage, l’auteure explique, entre autres, que les enfants qui s’adonnent à de l’activité physique de façon régulière sont en meilleure forme physique et mentale.

 

Ce projet, qui fait l’unanimité auprès des élèves et professeurs, permet d’offrir un temps de décompression, de contribuer à une meilleure attention et concentration des étudiants en classe, d’intégrer chaque jour de la semaine un moment pour l’activité physique, et bien plus. Cette pratique a, dit la directrice, changé de façon positive la relation que plusieurs participants avaient avec l’exercice physique.

 

 

2. Du plaisir le midi à l’école Chabot, à Québec

Le dîner est une pause dans la journée, mais aussi un moment où les apprentissages se poursuivent. Dans plusieurs écoles de la province, dont à l’école Chabot, les éducatrices appliquent des notions du « Projet Ensemble » qui vise à améliorer les contextes entourant la période du dîner.

 

« On travaille afin de rendre cette période toujours plus agréable et à en faire un temps propice et favorable à l’adoption de saines habitudes de vie. Après tout, on y fait grandir les adultes de demain », confie la responsable du service de garde Denise Gendron-Vear. La pensée qui guide ce projet : « Manger c’est bon, c’est plaisant et ça s’apprend ». Des jeux, des animations, des informations sur divers aspects de l’alimentation, de la sensibilisation au niveau du bruit, sont notamment présentés.

 

 

3. Un club de course à l’école Coursol, à Laval

Crédit photo: École Coursol

 

Cent-six élèves de l’école primaire Coursol, à Laval, font partie du club de coureurs de leur institution. Un midi par semaine, au printemps et à l’automne, 11 enseignants, avec l’aide de deux parents bénévoles, entraînent les jeunes.

 

« Ça représente le tiers des enfants de l’école, de la 1ère à la 6ième année, qui ont choisi de joindre les rangs. C’est un franc succès, considérant que l’inscription est sur une base volontaire », explique l’orthopédagogue Marie-Andrée Lafond, qui a mis sur pied ce projet avec Sylvie Bolduc, enseignante en 4ième année, en collaboration avec la directrice Élaine Lemire.

 

Dans le cadre des rencontres, les participants font des exercices de réchauffement, courent autour du parc-école (jusqu’à 1,1 km), participent à des courses à relais, ou autres activités en lien avec la course, puis terminent  avec des étirements guidés.

 

4. Les Brigades culinaires de La Tablées des Chefs, dans 80 écoles du Québec

La Tablée des chefs
Crédit photo: Patrice Gosselin

 

Le projet des Brigades culinaires de La Tablée des Chefs stimule les jeunes autour de l’alimentation et des saines habitudes de vie. Il rejoint quelque 1600 étudiants dans 80 écoles secondaires du Québec en parascolaire entre les mois d’octobre et mai.

 

« À travers 24 ateliers de 2 heures chacun, les participants développent des compétences et des connaissances en alimentation.  C’est un programme qui encourage leur autonomie et leur donne envie de cuisiner davantage. Je pense particulièrement à un garçon qui, au début, ne manifestait pas beaucoup d’intérêt, mais qui, au fil des semaines, s’est réalisé et souhaite maintenant poursuivre ses études en cuisine », témoigne Patrice Gosselin, chef formateur pour La Tablée des chefs.

 

En plus de découvrir l’univers de la cuisine, les jeunes relèvent des défis culinaires (visionner la vidéo de la Finale provinciale Brigades culinaires 2016). Pour des informations sur  l’implantation du programme dans une école, cliquez ici.

 

5. Le programme des Petits cuistots, en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Depuis 2008, la mobilisation de partenaires a permis de mettre en place des ateliers culinaires dans près de 40 écoles en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Ces ateliers de cuisines sont introduits dans l’horaire des classes.

 

Les enfants concoctent des recettes, tout en travaillant certaines notions pédagogiques (français, sciences, mathématiques, etc.) et des compétences sociales (coopération, estime de soi, etc.). Ce qui rend ce projet unique, explique-t-on, c’est l’apprentissage par les sens et par l’expérience dans un contexte de plaisir. C’est une activité que les enfants aiment, tout comme les parents, enseignants et bénévoles.

 

commentaires propulsés par Disqus