Combiner études et sport de haut niveau : portrait de la nageuse Katerine Savard

24 août 2017
dans École
par Marie-Claude Ouellet
Combiner études et sport de haut niveau : portrait de la nageuse Katerine Savard

Katerine Savard est une nageuse de haut niveau, spécialiste de la nage papillon. Elle a remporté plusieurs titres prestigieux, notamment une médaille de bronze au relais 4 X 200 m libre aux Jeux Olympiques à Rio (2016), une médaille d’or au 100 m papillon aux Jeux du Commonwealth à Glasgow (2014) et une médaille d’or au 4 X 200 m libre au Championnat du monde de Windsor (2016). 

L’athlète de 24 ans suit un entraînement rigoureux de 25 à 30 heures par semaine en plus de poursuivre son baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement au primaire. « Les gens qui m’entourent me disent souvent que j’en fais trop, mais j’aime démontrer que j’en suis capable. Bien que ce soit difficile par moments, j’y arrive ! Je constate aussi que les qualités que j’ai développées grâce à la natation - la discipline, la persévérance, la gestion du stress et la résilience face aux échecs – me sont très utiles à l’école. Pour me réaliser pleinement, j’ai besoin de faire du sport, d’étudier et d’être en contact avec mes amis. J’ai pris conscience de cette réalité en 2012, alors que j’ai fait l’erreur de cesser d’étudier pour me consacrer à mon entraînement en vue des Jeux Olympiques de Londres. Ce fut un épisode difficile, car j’ai été envahie par une grande pression de performance. »

 

Un parcours hors du commun

Enfant, Katerine Savard n’aime pas nager. Sa mère, qui avait peur de l’eau, l’inscrit tout de même à des cours de natation. En secondaire 2, Katerine suit un programme sports-études, mais n’excelle pas encore en natation. À l’âge 16 ans, les choses débloquent et la nageuse progresse de façon fulgurante, passant du niveau régional au niveau national en seulement deux mois !

 

 

Pour pouvoir mener de front natation et études en enseignement malgré ses nombreux séjours à l’étranger, Katerine prend des arrangements avec ses enseignants. Par exemple, ces deniers déplacent les examens en fonction des disponibilités de l’étudiante et lui permettent de faire certains travaux individuellement plutôt qu’en équipe. De plus, Katerine échelonnera son baccalauréat sur cinq ans au lieu de quatre.

 

à la rencontre des jeunes

La sympathique athlète établit facilement des liens avec les jeunes, notamment lorsqu’elle présente des conférences dans des écoles et des clubs de natation. « J’aime m’impliquer auprès des enfants et je me sers de mon expérience personnelle pour les encourager à croire en leurs rêves. Souvent, des jeunes nageurs de 14 ou 15 ans me disent qu’ils ne sont pas assez rapides pour participer à d’importantes compétitions. Je leur fais remarquer qu’ils nagent plus vite que le faisais à leur âge. Et pourtant, je suis devenue une des nageuses les plus rapides au monde ! Quand je serai enseignante, je compte encourager mes élèves à suivre leurs passions quelles qu’elles soient : sport, art, mode ou autre » conclut-elle.       

commentaires propulsés par Disqus