Pêche urbaine : 21 endroits où taquiner le poisson en ville

3 juillet 2018
dans Sports et plein air
par Anne Marie Parent
Pêche urbaine : 21 endroits où taquiner le poisson en ville
Parc de la Rivière-des-Mille-Îles
Crédit photo : André Chevrier

Pas nécessaire de faire 3 heures de voiture au fin fond des bois pour aller taquiner le poisson. La pêche en ville ou aux abords des zones urbaines est un loisir accessible, plus près qu’on ne le croit!

 

La pêche constitue l’occasion d’une belle sortie de plein air et un contact direct avec la nature. Plusieurs plans d’eau près des grands centres sont propices à la pêche.

 

Où pêcher en ville?

On peut aller pêcher autour de la majorité des grands centres situés près d’un cours d’eau, comme Montréal, Trois-Rivières, Québec, Laval, Gatineau, Sherbrooke, Saguenay, Victoriaville… Voici quelques exemples de sites de pêche :

 

Ville de Saguenay (Saguenay–Lac-Saint-Jean)

Arrondissement Chicoutimi : l’endroit le plus sécuritaire est le parc de la Rivière-du-Moulin.

Arrondissement Jonquière : parmi tous les barrages dans les alentours, celui de Shipshaw est parmi les plus populaires. Au pied du barrage, tous les poissons présents dans le lac Saint-Jean peuvent s’y retrouver, car ils ne sont plus en mesure de remonter le courant.

 

Victoriaville (Centre-du-Québec)

La Ville de Victoriaville et Pêche Nicolet ont lancé en mai 2015 un projet unique de pêche urbaine, avec des ensemencements de truites dans le secteur urbain de la rivière Nicolet. Les familles vont en particulier au parc de la Halte-d’Arthabaska et au parc Terre-des-Jeunes où sont installés des panneaux de sensibilisation, d’information et de signalisation.

 

De plus, huit samedis Pêche en ville sont au programme au cours de l’été. Le permis de pêche est obligatoire seulement à certaines dates. 

 

 

Sainte-Rose (Laval)

L’organisme Éco-Nature de Laval, au Parc de la Rivière-des-Mille-Îles, propose des journées de Pêche en herbe une fin de semaine par mois, seulement pour les jeunes de 9 à 12 ans. Avant leur période de pêche d’une durée de 90 minutes, ils se seront familiarisés avec l’environnement à bord de canots rabaskas. ($)

 

Par ailleurs, la nouvelle activité Pêche familiale guidée permet à tous les membres de la famille de s’initier à la pêche et même d’apprêter et de déguster le poisson sur place. Permis de pêche obligatoire pour les parents (à se procurer chez un agent de vente, comme les magasins Canadian Tire). À dates fixes, une fin de semaine par mois de juin à septembre. ($)

 

Montréal

Rappelons que Montréal étant une île, la ville est entourée… d’eau! On peut donc pêcher presque partout! Rendez-vous sous les ponts et aussi le long des berges, par exemple, au nord de l’île (arrondissements Ahuntsic-Cartierville et Montréal-Nord, notamment au parc nature de l’Île-de-la-Visitation); à Pointe-aux-Trembles dans l’est de Montréal (parc de la Promenade Bellerive); à l’île Sainte-Hélène (à partir du stationnement de La Ronde) et au Parc de la Cité-du-Havre (bassin face au Vieux-Montréal) au sud de Montréal; au Canal Lachine et au Parc-des-Rapides, dans l’ouest de Montréal…

 

Surveillez les dates du passage de la Caravane de la pêche dans quatre parcs-nature le long de la rivière des Prairies. Info sur les règlements, la biologie marine, les bonnes pratiques de pêche, la technique, en plus des activités de pêche familiale.

 

Îles-de-Boucherville (Montérégie)

Le parc national des Îles-de-Boucherville, à quelques minutes de Montréal et de Longueuil, est propice à pêche avec embarcation (chaloupe, canot, kayak) ou à gué. On peut aussi s’inscrire au forfait Pêche sur le fleuve Saint-Laurent. Les adultes doivent posséder leur permis de pêche.

 

Trois-Rivières (Mauricie)

Au Parc Godefroy dans le fleuve sous le pont Laviolette; le long du chemin de l’île-Saint-Quentin au bord de la rivière Saint-Maurice… À Louiseville, le Domaine du Lac Saint-Pierre est une pourvoirie tout près de Trois-Rivières, idéale pour la pêche (même l’hiver!).

 

Région de Québec

À une quinzaine de minutes au nord de Québec, le lac Saint-Charles est réputé pour ses prises de grands brochets, de perchaudes et de barbottes. Le Club nautique du lac Saint-Charles est un bon endroit pour aller pêcher. Le lac marque le début du parc linéaire des rivières Saint-Charles et du Berger qui se termine au port de Québec. On peut pratiquer la pêche le long du parc linéaire, par exemple dans le secteur Chauveau.

 

Bien d’autres endroits sont fréquentés des pêcheurs, comme sur les rives du fleuve, notamment à l’embouchure de la rivière Montmorency et jusqu’à la baie de Beauport.

 

 

Permis de pêche ou non?

Selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP), « mis à part quelques exceptions, un permis est requis pour pêcher, et il faut l’avoir en sa possession durant la pratique de l’activité ». On se le procure dans des boutiques de chasse et pêche, chez Canadian Tire et autres agents de vente.

 

INFORMATIONS

 

Pour qui n’est-il pas obligatoire? « […] un enfant mineur peut toujours pêcher en vertu du permis de son parent. […] » Cela signifie que les enfants n’ont pas besoin d’être accompagnés de leur parent qui détient un permis : ils peuvent juste le leur emprunter. Un préposé du MFFP recommande de mettre ledit permis et une pièce d’identité avec photo de l’enfant dans un sac de type Ziploc pour qu’il ait les papiers requis sur lui ou elle en cas de vérification par un agent de la protection de la faune.

 

Quant aux enfants mineurs ou étudiants âgés de 18 à 24 ans, ils peuvent pêcher sans permis s’ils sont accompagnés d’un adulte (qu’il soit leur parent ou non) titulaire d’un permis.

 

Par ailleurs, aucun permis n’est requis pour « un résident de moins de 18 ans […] s’il a en sa possession le certificat Pêche en herbe remis à la suite d’une activité d’initiation à la pêche ou celui remis dans le cadre du programme Relève à la pêche. »

 

On peut également pratiquer la pêche sportive sans permis dans un étang de pêche ou dans les eaux d’un parc national du Canada.

 

INFORMATIONS

 

Pêche en herbe, pour donner le goût!

La Fondation de la faune du Québec a mis sur pied le programme Pêche en herbe s’adressant à des entreprises voulant organiser des journées de sensibilisation à la pêche dans le but de favoriser la pêche récréative (dite sportive) auprès des jeunes âgés de 9 à 12 ans. Depuis peu, il existe un volet Milieu urbain dans le but de promouvoir l’initiation des jeunes vivant dans les grandes villes du Québec (100 000 habitants et plus).

 

Il s’agit d’une journée d’initiation à la pêche où les enfants sont encadrés par des animateurs leur expliquant la biologie et l’habitat des poissons, les rudiments de la pêche, l’éthique du pêcheur et la protection de l’environnement, en plus de leur donner des conseils de sécurité. La Fondation de la faune fournit un moniteur pour dispenser cette formation, à laquelle peuvent participer d’autres professionnels du domaine, par exemple un biologiste, un agent de la protection de la faune ou un pêcheur aguerri. Des partenaires tels que Canadian Tire s’associent depuis des années au programme, par exemple en fournissant des cannes à pêche.

 

Les jeunes reçoivent une canne à pêche ou une brimbale (pour pêcher sur la glace l’hiver) ainsi qu’un certificat de pêche, dans le but de les inciter à continuer à pêcher. Cette attestation fait office de permis de pêche valide jusqu’à ce qu’ils aient 18 ans.

 

Notez qu’en temps normal, l’activité Pêche en herbe s’adresse à des groupes de jeunes âgés de 9 à 12 ans, mais que dans le cadre de la Fête de la pêche (début de juin), les enfants et les adolescents de 6 à 17 ans inclusivement sont les bienvenus.

 

Poissons comestibles?

 

Pour savoir si vous pouvez consommer les poissons que vos petits pêcheurs auront capturés, consultez le Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec.

 

On indique, par stations (noms des plans d’eau) ou par espèces de poisson (en ordre alphabétique, de l’achigan à la truite), si le poisson est propre à la consommation 0 fois (en eau trop polluée) à 8 fois par mois (très recommandable). Ces recommandations sont formulées selon le taux de mercure par mg et la taille (petit, moyen, gros) établie pour chaque espèce.

 

Bonne nouvelle, les plans d’eau sont moins pollués qu’il y a une trentaine d’années en raison de la diminution des déchets agricoles ou d’usines dans les rivières et dans le fleuve Saint-Laurent. Par exemple, à l’ouest de Montréal, vers Vaudreuil-Dorion, les six espèces de poissons qu’on peut pêcher dans lac Saint-Louis reçoivent toutes la cote verte (bon) de huit repas par mois, selon leurs tailles.

 

INFORMATIONS

 

En savoir plus
  • Forums de discussion de Québec pêche : les échanges et commentaires entre pêcheurs font ressortir tout plein de sites et de conseils fort intéressants!

 

  • Carte Allons pêcher de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (N.B. Entrer un cours d’eau et non une ville, par exemple Saint-Maurice et non Trois-Rivières.)
  • J'aime la pêche

 

commentaires propulsés par Disqus