Jérémy et Zachary Lauzon : jouer au hockey junior avec son frère

3 avril 2017
dans Sports et plein air
par Raphaël Doucet
Jérémy et Zachary Lauzon : jouer au hockey junior avec son frère
Jérémy Lauzon
Crédit photo : Jean Lapointe

Un joueur de hockey, c’est bien, mais deux, c’est mieux. On peut se permettre de changer le dicton pour parler des frères Jérémy et Zachary Lauzon, qui ont la chance de jouer ensemble pour les Huskies de Rouyn-Noranda, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Comment devient-on une famille de sportifs?

 

Deux frères dans la même équipe!

 

Jérémy, qui fêtera ses 20 ans le 28 avril prochain, l’avoue sans détour : défendre les mêmes couleurs que son p’tit frère est un privilège. « C’est sûr que c’est spécial, dit le capitaine des Huskies. Peu de gens ont la chance de vivre ça. Quand les Huskies l’ont repêché, j’ai vraiment ressenti de la fierté. J’avais vraiment hâte de jouer avec lui. En plus, on a gagné la coupe des Présidents [titre de la LHJMQ] et on a participé à la coupe Memorial [championnat junior canadien] ensemble, l’an dernier. Ça rend le tout encore plus spécial. »

 

Zachary était on ne peut plus heureux d’être repêché au 25e rang par les Huskies en 2014, un an après que Jérémy ait été sélectionné 5 échelons plus tôt. « J’aurais pu atterrir n’importe où, mais j’étais vraiment content que les Huskies me repêchent, dit l’Abitibien. Mon frère est un peu mon mentor. Il m’a aidé à devenir plus mature, comme joueur et comme personne. J’apprécie d’être avec lui à chaque jour. »

 

Jérémy Lauzon
Crédit photo: Jean Lapointe

 

Natifs de Val-d’Or, les Lauzon sont deux défenseurs gauchers. Jay mesure 6’3’’, pèse 205 lb et en est à sa quatrième saison dans la LHJMQ. Zach est plus petit, 6’1’’ et 188 lb, et dispute sa deuxième saison complète.

 

« On a seulement un an et demi de différence, alors on a toujours été proches, souligne Zachary, né le 10 octobre 1998. On a toujours eu le même cercle d’amis et j’ai toujours considéré Jérémy comme un modèle. Plus jeune, je voulais suivre ses traces et aujourd’hui, j’ai la chance de jouer avec lui! »

 

Le père des Lauzon, Ghislain, n’a jamais joué au hockey. Pas à un niveau élevé, du moins. Il est plutôt pneumologue de profession et son épouse, Manon Turbide, est gynécologue. Aucun des deux n’a poussé ses enfants vers la patinoire.

 

Zachary Lauzon
Crédit photo : Jean Lapointe

 

« Plus jeunes, mes deux frères et moi regardions le Canadien avec notre père, note Jérémy. Je me souviens, assez tôt au primaire, un de mes bons amis jouait au hockey et j’étais allé le voir jouer. J’avais ensuite dit à mon père que je voulais essayer. C’est comme ça que ç’a commencé et mes deux frères m’ont suivi là-dedans. »

 

Émile, bientôt dans la LHJMQ aussi?

 

Quoi, deux frères? Eh oui! À 15 ans, Émile Lauzon suit les traces de ses frangins avec les Forestiers d’Amos, dans la Ligue midget AAA. Mais contrairement à eux, il joue à l’attaque.

 

Émile devrait être repêché par une équipe de la LHJMQ en juin prochain, tandis que Zachary devrait l’être par un club de la Ligue nationale. La Centrale de recrutement du circuit le classe en effet en 164e position parmi les espoirs nord-américains.

 

Jérémy, lui a été repêché au 52e rang par les Bruins de Boston en 2015, ce qui l’a incité à mettre un X sur l’équipe de son enfance, le Canadien.

 

« J’essaie de ne pas trop me mettre de pression [avec le repêchage], mentionne Zachary. Cette année, ça va bien. C’est en demeurant concentré sur mon jeu et en jouant comme j’en suis capable que je vais augmenter mes chances d’être repêché. »

 

Quant à Jérémy, il se voit porter le chandail des « Big Bad Bruins » très bientôt. « Je ne le cache pas : mon but est de me présenter au prochain camp des Bruins et de faire l’équipe. Mais si j’ai à passer du temps dans la Ligue américaine, je vais tenter de m’améliorer pour être rappelé le plus vite possible. »

 

Les frères Lauzon à la Coupe 2016
Crédit photo : LHJMQ

 

En attendant qu’un, deux ou trois de leurs fils foulent les glaces de la LNH, papa et maman Lauzon ont la chance de les suivre de près, puisqu’ils habitent encore à Val-d’Or, à 80 minutes de Rouyn et à 50 minutes d’Amos.

 

Le bébé de la famille, Amélie, les accompagne souvent. Et non, si vous voulez tout savoir, elle ne joue pas au hockey!

 

commentaires propulsés par Disqus